MAGNIN-A
 

EMMANUEL EKEFREY



Né en 1952 à Ndiya, Nigeria.
Vit et travaillle à Lagos. 
  
Ekong Emmanuel Ekefrey est né en 1952 à Ndiya, au Nigeria. Il appartient à l'ethnie Ibibio, fixée à l'est du Nigeria. Les Ibibios ont leur propre musique, danse et langage et ont également une riche tradition de peinture et de sculpture. Bien que certaines de ses grandes toiles reprennent des mythes et des légendes, l'artiste est catégorique : il n'est pas tourné vers le passé. Il a inventé son propre style et voue son œuvre à la vie de la communauté. Il a bien retenu la leçon de ses ancêtres Ibibios qui croient que chaque être humain a des dons cachés qu'il doit pouvoir développer librement. Les œuvres d'Ekefrey sont peintes « all-over » ; la peinture est appliquée sur la toile à plat au sol et c'est la raison pour laquelle le spectateur perd le sens de la ligne d'horizon. Il y a une surabondance de formes, de lignes, de couleurs qui donnent une extraordinaire dynamique aux tableaux. Le spectateur parcourt d'abord globalement le tableau puis progressivement l'œil est balancé, renvoyé d'un point à l'autre. Cette gymnastique du regard fait ainsi pénétrer le spectateur dans la peinture.            

Born in 1952 in Ndiya, Nigeria.
Lives and works in Lagos, Nigeria.

Ekong Emmanuel Ekefrey belongs to the Ibibio ethnic group, akin to the Igbo group which occupies the southeast part of Nigeria. He is very attached to the Ibibio culture which has a rich tradition of music, danse, painting and sculpture. Although some large paintings represent the Ibibio myths and legends, the artist is formal:  he isn’t focused on the past. Ekefrey invented his own style. He remembers well the lessons taught by his Ibibio ancestors and believes that each person has a specific gift that he should be free to develop.

The most striking characteristic of Ekefrey’s paintings is the « all-over » technique; paint is applied on the canvas stretched on the floor and it produces an effect of cutting up and interpenetration of each figure, creating movement. There is a profusion of shapes, lines, colors that convey a great dynamic. The viewer’s eyes are driven from a point to the other and this eye movement gives the impression of penetrating the painting.