Né en 1980 à Kinshasa, République démocratique du Congo
Vit et travaille en France.

 

Jean-Paul Nsimba Mika s’intéresse au dessin à 13 ans. Il commence par réaliser des décorations sur les murs des commerces, des copies d’affiches de cinéma, dans les bars où toutes les lumières bleues, rouges, jaunes… lui donnent la force des couleurs. En 2005, il s’inscrit en peinture à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa dont il sort diplôme en 2007. Il commence alors à fréquenter l’atelier de l’artiste Chéri Chérin qui devient son « maître » : « Les professeurs voulaient nous orienter vers l’abstraction mais ça ne me disait rien… Pour moi il n’y avait pas d’émotion. Je connaissais de réputation ‘l’artiste populaire’ Chéri Chérin, mais ne l’avait jamais rencontré. C’est un soir, pas hasard, que je me suis retrouvé assis à côté de lui dans un taxi qui allait à Masina ‘quartier 1 sans fil’ où nous habitions. Après cette rencontre, je passais le voir la nuit quand j’avais fini mes cours et suis devenu son assistant ». Il y perfectionne sa technique et adhère à l’APPO, l’Association des Peintres Populaires. En 2004 il crée son propre atelier, EBA (Evénement des Beaux-arts). J-P Mika s’émancipe peu à peu du maître Chéri Chérin, et délaisse la narration pour évoluer vers la simplification de ses compositions. Optant pour des fonds très colorés, en peignant sur des tisses à motifs fleuris qui évoquent les papiers peints d’antan : « Dans ma peinture, il n’y a pas de faits divers, pas de message politique, pas de critique. Il y a trop de difficultés et de misère dans la vie. C’est pour ça que je veux que l’on ressente toujours l’espoir dans mes tableaux ».

 

Mika se met souvent en scène dans ses œuvres, peignant des autoportraits ou s'intégrant dans une composition de groupe. Depuis quelques années, il développe un style qui lui est propre, centré sur le portrait – il simplifie la mise en scène et utilise des tissus à motifs très colorés qui lui servent de fond. Cette « trouvaille » et l'utilisation parfaite de la couleur donnent une énergie à son travail qui se démarque désormais profondément des œuvres de ses pairs. Ses compositions très réalistes ne sont pas moins bienveillantes et quelque soit son sujet, il peint avec douceur et tendresse une Afrique moderne, dynamique et joyeuse. Il s’inspire du quotidien, de Kinshasa et ses habitants, mais aussi des événements historiques comme l’indépendance de son pays.

 Animé par sa foi en Dieu, l’artiste travaille le sentiment de joie à travers les thèmes de l’amour ou du rire. Au regard des « difficultés et misères de la vie », cette joie invoque une certaine utopie : les toiles fleuries de JP Mika sont l’expression d’un bonheur pur, émanant de l’énergie positive, douce et tendre de l’Afrique contemporaine. Le bonheur d’être et de vivre se retrouvent aussi bien dans les couleurs que dans la figure du sapeur, incarnation mystique d’un Kinshasa animé.

 

Collections

Collection Astrup Fearnley Museet, Oslo, Norvège

Fondation Cartier pour l'Art Contemporain, Paris, France
C.A.A.C. - The Jean Pigozzi Collection, Genève, Suisse
Collection Farida et Henri Seydoux
Fondation Blachère, Apt, France
Fondation Alliances, Casablanca, Maroc