Bodys Isek Kingelez

Né en 1948 à Kimbembele Ihunga, République Démocratique du Congo
Mort en 2015 à Kinshasa, République Démocratique du Congo

Bodys Isek Kingelez enseigne dans une école secondaire jusqu'en 1977. Après plus d'une année d'isolement et de recherche, il réalise en 1979 une maquette étrange qui attire l'attention du directeur du Musée de Kinshasa où il devient restaurateur.
C'est à partir de 1985 qu'il se consacre entièrement à son travail d'artiste qualifié par lui-même "d'Architecture Maquettiste". Kinshasa est alors une grande métropole chaotique, anarchique, toujours plus délabrée. Kingelez, témoin des ravages d'une politique peu soucieuse de la communauté, développe une oeuvre d'aspect architectural qui concentre toutes les conditions du développement de sa capitale et de son pays : habitat, éducation, justice, santé, sécurité. Toute son oeuvre autant poétique que politique questionne la condition humaine.
Après avoir réalisé plus d'une centaine de maquettes à partir de matériaux de récupération, de papier, de carton, de plastique où semblent coexister et prendre forme, le Présent, l'Avenir et les espoirs d'un renouveau africain, il imagine à partir de 1992 des villes entières. Ces "villes" sont un assemblage de maquettes d'immeubles aux formes inhabituelles, de bâtiments grandioses, complexes, aux couleurs vives qui rassemblent toutes les fonctions de villes idéales que l'artiste rêve de voir édifier.
Sa première ville s'appelle Kimbembele Ihunga, en l'honneur de son village natal. À propos des oeuvres Ville Fantôme (1995), Kinshasa: Project for the Third Millennium (1997), The City of the Future (2000), il déclare : « Je voulais que mon art permette à la nouvelle génération de créer un nouveau monde, car les plaisirs de notre monde terrestre dépend des gens qui y vivent. J'ai créé ces villes pour qu'il puisse y perdurer la paix, la justice, et la liberté de façon universelle. Elles fonctionneront comme de petits états laïcs avec leurs propres structures politiques, sans avoir besoin de police ou d'armée ».
Véritable consécration, l'exposition « Bodys Isek Kingelez: City Dreams » s'est tenue au Museum of Modern Art de New York en 2018-2019.