Né en 1979 à Goma, République Démocratique du Congo
Décédé le 5 août 2015, à Kinshasa, République Démocratique du Congo, où il vivait et travaillait


Kiripi Katembo a d’abord été peintre et vidéaste avant de d’utiliser la photographie « ces images arrêtées » pour exprimer le rapport qu’il entretenait avec son environnement urbain, celui de sa ville, Kinshasa. Un regard est sa première série photographique, elle est arrivée par accident. Confronté à l’hostilité des habitants face à la caméra, Katembo utilise alors les reflets des flaques d’eau qui stagnent sur les artères de la ville pour réaliser ses photos du paysage urbain « et là tout se met en situation, les gens, l’architecture, les paysages… Les réflexions d’eau permettaient de contourner ce problème tout en donnant une vision surréaliste mais avec plein de détails qui correspondent très bien à la réalité de ma ville ». Présenter les images inversées lui permet de magnifier la réalité de tous les jours pour aller au-delà. « Si l’on prend l’image dans le sens normal, c’est le chaos. Dès qu’on la retourne, tout devient plus positif, plus beau ». Réalisée entre 2008 et 2009 la série Un Regard a été présentée au Congo à Kinshasa et lors de la Biennale de Lubumbashi. En 2011 elle reçoit le prix de la Fondation Blachère lors des Rencontres de la photographie de Bamako avant d’être exposée à La Biennale de Venise et à la Berlinale. L’image Survivre  illustra l’affiche du festival d’Avignon en 2013.